Programmvorschläge

 

 

In meinem Unterricht an MelodistInnen unterscheide ich zwischen Solo-Arbeit und Arbeit mit einem Bass; zwei Spielkontexte, die ganz verschiedene Reflexe aufrufen, wenn nicht gar gegenteilige.

Auch wenn es anfänglich scheinen mag, dass improvisieren mit einem Bass natürlicher sei und also diese Fähigkeit privigiliert werden soll, so hat mich doch meine persönliche Erfahrung vom enormen Vorteil überzeugt, den die Solo-Arbeit auf unseren melodischen Instrumenten gewährt: die Möglichkeit tief in die Handwerkskunst des Generalbass zu dringen, und davon eine traute Kenntnis auf dem eigenen Instrument zu erwerben, die Entwicklung eines harmonischen Bewusstseins, das in viel weiteren Gelegenheiten von Nutzen sein wird.

Manche der folgenden Vorschläge könnten (zu) anspruchsvoll aussehen. Es besteht das Risiko, die Studenten mit zu vielen harmonischen Begriffen zu überwältigen. Deshalb versuche ich ein Gleichgewicht zwischen rationeller Analyse und harmonischer Berechnung einerseits, und intuitives Schaffen und Spontaneität auf der anderen Seite zu finden.

Nachfolgend einige mögliche zu untersuchende Felder, mit oder ohne Bass:

 

I Mit dem Basse

Grounds, Chacones et folies 
L’improvisation sur des basses obstinées est une des aptitudes essentielles de notre métier. Plusieurs pistes de travail sont possibles.
Celle de la forme : sur une trame harmonique immuable, comment développer une narration saisissante sur la durée. (Contraste, amplification, ruptures ou linéarité ?) Dans un contexte à plusieurs musiciens, quelles solutions pour improviser en groupe. Alternance, prise de parole, invitation. Répartition des conduites de voix pour une improvisation simultanée (en trio ?). Protocole structuré ou organisation spontanée, etc.

L’art du Partimento 
Improvisation avec basse.
Plus long qu’une simple basse obstinée, l’usage d’un Partimento est une excellente solution pour l’improvisation en musique de chambre. Ce support harmonique développé est une référence commune permettant aussi bien un travail sur les affects et la variation -quitte à l’adapter si nécessaire –, qu’un travail sur le contrepoint et la complémentarité harmonique dans le contexte d’une improvisation en trio. 

Fantasticus 
Improvisation avec basse.
Il s’agit ici de rechercher des moyens, voir d’inventer un code entre le dessus et la basse pour l’improvisation libre dans le style baroque de la deuxième moitié du XVIIème.
Ici rien de prévu, pas de basse ou Partimento fixe sur lequel s’appuyer. On verra comment les musiciens peuvent cependant, que ce soit par les inflexions mélodiques ou les anticipations et incitations de la basse se diriger et s’emmener les uns les autres à travers un même imaginaire musicale qu’il construiront peu à peu. Bien sûr, partager certaines connaissances du style favorisera l’expérience!

 

II  Solo

Préludes et Fantaisies 
Ce cours s’adresse à tous les mélodistes.
On y essaiera d’improviser absolument librement en ayant cependant pour soucis celui de la forme.
Comment produire un inizio (début), installer une tonalité, une métrique, une texture, etc., comment moduler et s’orienter dans les méandres d’un plan tonal sans pour autant oublier le sens expressif de la modulation, comment développer une dramatique, et conclure.

Reflexes harmoniques 
Ce cours s’adresse aux instrumentistes à cordes (violon, alto, violoncelle).
Il s’agit de montrer comment sur nos instruments l’on peut développer des reflexes polyphoniques très sûrs qui permettront une immédiateté et une confiance très favorable à l’improvisation. Un système que j’ai développé peu à peu après beaucoup d’errance… Jeux de mains : exercices de cadences, mouvements harmoniques typiques, séquences, etc. Comment se construire un répertoire de gestes et de sons, un materiau de base sur lequel s’appuyer. 

Sei solo. Une approche par l’improvisation des œuvres de Bach pour violon seul et violoncelle seul 
Ce cours s’adresse à tous les mélodistes, de bonnes connaissances harmoniques sont nécessaires.
Entre extravagances et conventions, les Sonates et Partitas comme les Suites sont un modèle obligé -même hors de portée… Œuvres sublimes parfois tellement assimilées que l’on oublie de les questionner et que devant l’édifice l’oreille critique a démissionné.
En ayant toujours pour but l’improvisation, nous prendrons appuis sur le maître et nous perdrons dans ces pas. Transposition, paraphrase, réécriture, tentation d’autres possibles, corrections, normalisations etc. ? Aucune limite à la déformation du matériau. Tout ça dans un profond respect, pour notre plus grand profit et j’espère à la fin, une admiration renouvelée !